L'info Cerelloise

L'info Cerelloise

Réunion publique du 17 avril 2015

Synthèse de la réunion 

 

En avant propos, je veux par honnêteté intellectuelle vous informer que pour des raisons de santé,  je n’ai pas assisté personnellement à cette réunion. Toutefois, comme dans ma longue carrière d’enquêteur, je n’ai été que rarement témoins des méfaits sur lesquels je rédigeais des procès-verbaux. Je pense donc être crédible lorsqu’à l’écoute de la bande sonore de l’enregistrement et du ressenti des personnes qui ont participé à la réunion, je rédige cette synthèse.

La réunion, contrairement à l’information parue dans le bulletin municipal « le Cerellois édition d’avril 2015 (n° 10) » s’est déroulée dans la salle des mariages et non pas dans la salle Cercilia. Pour une fois, pas de quart d’heure Tourangeau, puisque la réunion a débuté à 19 heures 30 précise.

La municipalité était représentée par M. le Maire Guy Poulle, Mme Chantal Grobois, 2ème adjointe, et M. Sylvain Ragot, 3ème adjoint. Ils ont été rejoint en cours de réunion par M. Jacques Gaboriau, conseiller. Les Cerellois, ne se sont pas malheureusement pas déplacés en nombre, on pouvait dénombrer une vingtaine de personnes (élus compris).

Principales informations :

- Les recettes fiscales :

Selon le Maire elles seraient en baisse, cela ressort du comparatif des budgets des années 2013/2014 qu'il présente ;

clique ici.jpg

Il semble que cette assertion ne soit pas exacte.

Pour vous en assurer regardez le comparatif 2013/1014 (cliquer sur le gif).

 

plu 10.jpgLa phase diagnostic est terminée, il sera présenté en réunion publique le 21mai 2015 ;

 

- Le lotissement Ragueneau :

Il devrait démarrer en juin ou septembre ;

- Les pistes dévoilées de l’urbanisation de la commune :

Les terrains communaux situés : lotissement des fossettes, derrière le cimetière et de la rue de la poissonnière,  seront probablement rendus constructibles.

Pour ce dernier terrain, il fait partie d’une zone d’espace vert liée à la réalisation du lotissement et sur lequel des jeux d’enfants et des bancs ont été installés. M. le Maire prétend qu’il n’est jamais utilisé, ce qui n’est pas tout à fait la réalité.

Je veux tout de même l’informer que ce terrain fait partie de l’environnement et fait partie des arguments de vente à l’origine. Autre argument incitatif et peut être malhonnête, l’installation prévue de commerces (coiffeur) et médecin dans le collectif implanté dans le lotissement. L’on peut se demander si la démarche a été poussée à son terme. Puisque les locaux ont été dès la réception du bâtiment transformés en appartements.

La réalisation d’une maison sur ce terrain aura également un impact sur la valeur des propriétés mitoyennes.

En tout état de cause, si ce terrain doit changer de destination, les habitants du lotissement de la poissonnière devraient en être, par correction, au moins avertis.

- Transformation de la commune :

Il ressort de cette réunion qu’il est envisagé de transformer la commune rurale actuelle en commune péri urbaine.

- Des logements à loyers modérés :              

Ils devraient être construits en nombre pour aborder les 20% énoncés par le Maire (ce taux n’est imposé que pour les communes d’au moins 3 500 habitants).

- Le cimetière :

cimetiere.jpg
la recherche des familles se poursuit par l’intermédiaire de « vieilles » familles Cerelloises. Il semble que les concessions pourtant laissées à l’abandon depuis de nombreuses années retrouvent de l’intérêt pour la descendance des défunts. Conséquence, l’agrandissement des lieux se confirme.

 

Le projet n’est pas présenté, tout au plus est abordé le fait qu’une partie des travaux sera faite en régie (par les employés municipaux). Est passée sous silence le fait que la partie agrandie ne sera clôturée que par un grillage de 1,20m de haut.

Si cela se confirmait, ce serait de nature à priver les familles des défunts de la quiétude qu’elles sont en droit de trouver en venant se recueillir dans cet endroit. Ceci aura également une répercussion sur la valeur marchande des propriétés riveraines. La modification du mur d’enceinte serait à mon sens la seule alternative à ces contraintes. 

Le city stade :

city stade 1.jpgL’installation de ce matériel semble se concrétiser, les subventions doivent permettre d’en modérer le coût. En revanche nous ne saurons pas où il sera installé. Une piste toutefois, ce matériel de l’aveu du maire étant nécessaire pour les TAP il doit être installé au plus près des écoles. Exit donc la possibilité de poser ce matériel dans l’enceinte du terrain de foot de la commune. De l’aveu du Maire la voirie pour y accéder ne présente pas de garantie de sécurité pour les enfants.

La rue de la Mulotière / éclairage public :

La voirie est terminée mais le Maire s’oppose à l’installation des réverbères. Selon lui c’est en raison de l’attitude négative des riverains.

Site internet :

La commune va investir dans cet outil afin de permettre aux Cerellois de pouvoir accéder aux documents administratifs sans se déplacer.

L’agence postale :

La décision est prise de transférer la poste dans l’enceinte de la mairie. Il nous est promis une plus grande amplitude des heures d’ouverture. Le Maire se proposant de remettre les colis jusqu’à 20 heures.

Endettement de la commune :

Le Maire nous expose le taux d’endettement, il met en exergue la baisse des impôts payés par les Cerellois ainsi que la nécessité selon lui de construire de nouvelles maisons pour augmenter le nombre de contribuables.

La salle Cercilia :

Cette salle réservée aux associations sera également mise à la disposition des Cerellois pour certains événements. La rédaction du nouveau règlement de la salle est en cours de refonte, il sera adopté prochainement par le CM.

Le Cerellois :

Le Maire présente le bulletin municipal comme étant le journal de l’équipe municipale. Rédigé, imprimé et distribué en interne. Toutefois il ne répond pas à la question posée quant à son coût.

Fil bleu :

Le Maire expose que fil bleu refusait de desservir Cerelles en raison de l’état des ponts de Langennerie, ces derniers remis à niveau, il compte remonter au créneau.

-o-o-o-o-o-o-

Plus d’infos 

 

Les comptes de la commune de 2014

boulier.gif
La première partie de l’intervention de M. le Maire a été consacrée à l’énumération des chiffres extrait du compte de gestion du receveur municipal 2014 et du compte administratif 2014, approuvé en réunion du CM le 17 février 2015. Paperboard à l’appui, notre magistrat en a explicité les données.

Pour retrouver la totalité des chiffres cliquez sur ce lien.

Il rappelle sa volonté d’effectuer des économies. Notamment, pour les charges de personnel, en supprimant les heures supplémentaires, et en ne remplaçant pas systématiquement les personnes en arrêt de maladie.

Mme Reille souligne l’aspect aléatoire de la projection, il répond :

« «  Vous savez dans la grande distribution quand il y a deux personnes absentes on n’en remplace qu’une et on trouve le moyen de s’organiser. Dans 80% des cas, lorsqu’une personne est absente cela permet de repenser une organisation différente. La France est un pays aujourd’hui où la productivité est particulièrement décevante parce qu’ une personne est absente on arrête.

Vous savez au mois d’août l’an dernier, j’ai tenu l’accueil, Christine a tenu l’accueil de la mairie. Ca nous a coûté mais aujourd’hui quant on n’est pas sur des entrées d’argent, il faut trouver des économies » ».

En conclusion de l’énumération des dépenses de 2014, il se satisfait de les avoir réduites de 10,6% (614 498 pour 687 000 prévus). Ensuite, il énumère les recettes de la commune en 2014.

M. Lièvre fait remarquer une baisse des impôts et taxes versées par les Cerellois (335.782 pour 348.000 prévus).

Il explique que les recettes de la commune se composent actuellement de 50% d’impôts et taxes – de 15% de recettes de produits – 35% dotations et subventions.

Il indique que cet équilibre va être modifié, puisque l’Etat va réduire de 10% sa participation au titre des subventions, et ce pendant au moins 4 ans. Il souligne que certains élus ont déjà prévu d’augmenter les impôts pour compenser cette baisse. Il reconnaît que ce n’est pas populaire mais que c’est un bon moyen de financement.

Quant aux recettes et produits, il rappelle que la fréquentation en baisse des écoles et donc de la cantine garderie ne permet pas d’envisager une augmentation.

L’avenir de la commune de Cerelles

Selon le Maire la seule solution est de reprendre un développement de la commune et de se convaincre que notre commune rurale, doit devenir une commune péri urbaine, sinon c’est la mort de la commune.

Nouvelle commune ou commune péri urbaine ?

Il prévoit le passage d’ici ¾ ans à une commune nouvelle (communes groupées). Il dit en avoir discuté avec un député qui lui a dit que c’est une bonne idée. Sa crainte est la représentation dans les entités ainsi créées des habitants de la commune.

Selon lui notre seule chance d’y échapper c’est d’avoir un développement. Il insiste pour dire que le PLU est stratégique, que Mme Grobois est entrain de mener ce dossier essentiel pour la survie de notre commune.

Perception des impôts locaux en baisse ? Pas sur !! (Cliquez ici) 

impots locaux.jpg

 

Mme Reille se fait confirmer par le Maire que les chiffres proposés pour 2014 sont ceux qui sont définitifs comparés au budget prévisionnel 2014. La réponse étant affirmative, elle demande s’il est possible de comparer les chiffres réalisés en impôts et taxes de l’année 2013 avec l’année 2014 afin de déterminer précisément la baisse signalée.

M. le Maire indique : 351.062€ en 2013 pour 335.782€ en 2014, ce qui est encore plus alarmant. Il met cela au regard du manque de constructions sur la commune ces dernières années. (Bizarre, en principe le montant de l’impôt ne devrait il pas stagner ?)

Il reconnaît qu’en réunion du conseil municipal il a prôné le maintien du taux d’imposition, parce que l’augmentation est une mesure  impopulaire.

Il réitère son information concernant le maire d’une grande agglomération qui va augmenter les impôts de 4% cette année puis 2% les années suivantes, certes c’est une commune fortement endettée et dans ce cas là il faut bien rembourser. Le constat du Maire est que la vie d’une commune est identique à la vie d’une entreprise, d’un supermarché, d’un foyer, de monsieur tout le monde.  

Il reconnaît qu’il a la mauvaise réputation de faire avaler trop de chiffres, mais malheureusement un constat est nécessaire.

Le Maire détaille ensuite les chiffres correspondants aux investissements. Les montants à retenir sont de 432.000€ en prévisionnels, pour 120.000€ dépensés. Il reconnaît que  cela ne semble pas dynamique, mais il explique qu’en l’absence de PLU il convient d’économiser.

 Son objectif :

Développer Cerelles. Pour ce faire, il soutien qu’il convient de construire des logements à loyers  modérés, la commune n’atteignant pas, selon lui,  les 20% imposés par la Loi.

Il porte à la connaissance du public le cas d’une commune de 3.500 habitants qui vient de rejoindre une communauté de communes et qui s’est vue condamner à une forte amende pour ne pas avoir respecté le pourcentage de logements à loyers modérés. 

Il faudra indique t’il dans notre développement de maisons penser à inclure des habitations à loyers modérés.

Nota : Le chiffre de 20% annoncé par le Maire au sujet des logements à loyers  modérés ne s’appliquent qu’aux communes de plus de 3500 habitants ; ce qui ne concerne pas encore Cerelles.

Il conclu que les résultats de 2014, ne sont pas ambitieux, mais ils permettent d’assurer les années à venir. Il dit avoir pris conscience ainsi que l’équipe municipale, qui a bien adhéré au message : qu’il ne fallait pas dépenser, qu’il ne fallait pas gaspiller notre argent, parce qu’on en aurait besoin pour le développement de notre commune.

M. Lièvre demande si une enquête a été faite sur l’éventuelle possibilité  en ce qui concerne les habitations à loyers modérés.

Le PLU plan local d'urbanisme

plu11.jpgM. le Maire soutien qu’il ne veut pas empiéter sur les plates bandes du PLU, dont il dit qu’une phase vient d’être terminée, la phase de diagnostic. Il précise que le verdict est intéressant, mais il ne veut pas en dire plus. Il nous invite à venir le 21 mai 2015 à une réunion publique, avec le cabinet qui va le présenter.

 

Selon lui, il ne se passe pas une semaine sans qu’un promoteur ne l’appelle pour savoir si à Cerelles il y a 14 terrains entre 300 et 400 mètres carrés, dont ils se disent preneurs. 

Il expose que selon un analyste les gens ne veulent plus une maison avec un grand terrain et que maintenant ils acceptent des petits terrains. Selon lui, ils mettent des petits cailloux de toutes les couleurs autour de la maison, plus besoin de gazon de tondeuses, de débroussailleuse …M. Gaboriau précise qu’avec 4000 mètres carrés, il ne sait pas quoi en faire. Selon lui certains ont 6000 mètres carrés et ne savent pas quoi en faire.

M. le Maire pense qu’il y a une vraie évolution de la mentalité des gens, ils ont environ 40 ans. S’ils achètent un terrain de 400 mètres carrés sur  Chanceaux, ils gagnent au moins 5 ans de remboursement. Aujourd’hui en raison de l’incertitude liée au travail ils veulent bien une maison pas trop chère et ne pas être dépendant de celle-ci.

Mme Reille fait remarquer que les habitations à loyers modérés et l’appel à un promoteur ce n’est pas tout à fait la même démarche. La mixité sociale ce n’est pas avec un promoteur immobilier qu’on l’aura.

M. Gaboriau cite en exemple Rouziers où sur le même terrain le Maire a fait réaliser ce genre de constructions.

Mme Grobois rappelle que les logements à loyer modérés ne sont pas comparables aux logements dit sociaux, ce qui sème la confusion dans l’esprit des gens. Ces logements sont surtout pour les primo accédants. Ce sont des petits terrains mis à disposition car autrement les gens ne peuvent pas acheter, car c’est trop cher.

M. le Maire précise que ces primo accédants veulent des petites maisons car ils vont rester cinq à huit ans et après ils vont partir. Il se dit d’accord pour faire attention à la qualité de l’urbanisation. Il précise qu’a Rouziers le Maire de la commune a été très étonné de l’engouement des gens pour les petites maisons.

Mme Grobois indique qu’il y aura de la mixité car dans un même cadre il y aura des grands et des petits terrains ce qui provoquera la mixité d’âge et sociale.   

M. le Maire cite la Loi Alur, il précise que cette dernière a permis la modification du POS et la mise en œuvre du lotissement de M. Ragueneau. Il indique que cette Loi a été contestée par certains mais nettement approuvée par d’autres. Il précise qu’acheter un terrain de 1200 mères carré ou un terrain de 400 mètres carrés ce n’est pas le même prix, surtout lorsque l’on est dans une zone urbaine.

Il fait le constat que cela correspond bien aujourd’hui à l’instabilité de la jeunesse. Instabilité pour raisons professionnelles sur un marché de l’emploi difficile. Instabilité de fidélisation. Autrefois on restait, on avait une valeur on investissait dans une maison. Selon lui, aujourd’hui les jeunes diplômés font 3 grosses boîtes dans ses cinq années après les études. Ils bougent, ils zappent, ils ont le nez à la fenêtre, et quand ils ont une bonne expérience, ils vont se vendre. Ce sont des primo accédants.

Un Cerellois prend la parole il a bien compris le but de faire des logements pas très chers, mais  trouve qu’il ne serait bien de développer aussi un habitat pour attirer les gens plus aisés, plus fortunés qui payent plus d’impôts ? 

Mme Grobois indique que c’est pour cela qu’il faut des terrains petits et grands.

M. le Maire précise que sur le lotissement de M. Ragueneau il y a plusieurs terrains qui font 1000 mètres carrés, des terrains de 800 mètres carrés et des terrains de 500 mètres carrés.

C’est ce que les urbanistes appellent aujourd’hui l’harmonisation des lotissements. Des petites maisons au bord de la route dans le même style et on fait des maisons plus grandes avec des terrains plus grands comme ils ont fait à Rouziers.

La question est posée afin de connaître la répercussion en termes d’impôts pour les logements sociaux et les logements à loyers modérés.

M. le Maire rappelle qu’il y a la taxe d’habitation, ce qui n’est pas négligeable. Il ajoute que le taux d’inoccupation des maisons à Cerelles est très, très faible. Cela est du, selon lui,  à une forte demande et à l’absence de logements disponibles.

Pour ce qui concerne le lotissement de M. Ragueneau il précise que ce dernier a été contacté dès que le POS a été modifié. Les travaux devraient débuter au mois de juin au plus tard début septembre.

Le Maire nous informe que les communes environnantes construisent Beaumont La Ronce va avoir un troisième lotissement, qui va démarrer prochainement,  Pernay sur deux ans va construire 105 maisons.

Mme Reille demande qu’elles sont les réserves foncières de la commune, sachant que les terrains privés viennent d’être évoqués.

M. le Maire répond que cela est prévu, que des gens veulent vendre des terrains.

Mme Reille précise sa question en précisant qu’elle parle des terrains communaux disponibles.

M. le Maire rétorque que lors de la préparation du PLU il a été demandé de boucher toutes les dents creuses intérieures à la commune.

Mme Reille réitère sa question, quels sont les terrains disponibles qui appartiennent à la commune.

Mme Grobois indique qu’il y a un terrain derrière le cimetière – un terrain rue de la poissonnière

M. le Maire précise que sur ce terrain il y a un jeu enfant sur lequel il n’a jamais vu personne dessus.

Mme Grobois ajoute le terrain sur le lotissement des Fossettes de 2200 mètres carrés sur lequel on peut faire deux maisons. Elle précise que sur le terrain de la poissonnière ont peut faire une maison.

Mme Reille rappelle que sur cette commune il n’y a pas de commerçant, de pharmacien ; pas d’infirmière.  

M. Ragot lui rappelle qu’elle a œuvré dans l’équipe municipale précédente. Laissant supposer une responsabilité de sa part dans la situation.

Mme Reille précise sa demande, elle souhaite savoir si des démarches en ce sens sont envisagées.

M. le Maire soutien que sa volonté est de faire partie du Pays de Loire Nature pour la redynamisation des commerces dans les villages.

Il porte à notre connaissance qu’en 1974 le Maire de l’époque lui avait demandé son avis sur l’implantation d’une maison médicale à Cerelles et qu’on lui aurait répondu que ce n’était pas rentable. Aujourd’hui elle n’est pas à Cerelles mais à Rouziers. Pourquoi on ne l’a pas fait ?

Selon lui, il y a 20 ans il y avait la possibilité d’installer un supermarché à Cerelles aujourd’hui il est à Chanceaux. A Semblancay il y a des commerces qui vivent : un charcutier, un boulanger, une superette.

M. le Maire rappelle qu’il a passé 37 ans dans la grande distribution, il explique que l’implantation des grands magasins a créé des zones de chalandises importantes. 

Le budget primitif 2015 ou les projets 2015

boulier.gifLe Maire présente le budget primitif 2015 de la commune. Il précise qu’il est réaliste et qu’il n’est pas question de le dépasser. Qu'il en sera le gendarme et le garant. Il précise que ce budget est nécessaire pour que la commune puisse continuer à évoluer et à fonctionner dans les meilleures conditions. Il s’agit du budget primitif 2015 voté par le CM le 17 février 2015. 

Pour retrouver la totalité des chiffres cliquez sur ce lien.

Il nous précise que des investissements ont été reportés afin de permettre de dégager des finances qui permettront d’investir dès fin de l’année 2016, lors de la mise en place effective du PLU.

Pour ce qui est des dépenses à réaliser en 2015, le Maire énumère : Le PLU qui a été du être repris en totalité – Pour les bâtiments scolaires, les tables des classes maternelles ont été changées – le cimetière.

Le cimetière :

tombe.jpg

Le Maire expose qu’à l’heure actuelle 139 tombes sont abandonnées ou quasi abandonnées. Il précise que les démarches administratives sont en cours. Il dit s’y consacrer depuis plusieurs mois et que le nécessaire est fait pour contacter les familles. Il se dit surpris par le fait que certaines familles se proposent de remettre en état les sépultures.  De ce fait, il semblerait que le nombre d’emplacements libéré serait moins important que prévu. Raison pour laquelle la décision a été prise de faire un agrandissement du cimetière. S’y ajoute ce qu’il présente comme un sujet d’importance pour lui la mise en place d’un columbarium et un jardin du souvenir. Selon lui, la jeune génération à 50% souhaite faire appel à ce mode de sépulture, il dit qu’il faut s’y adapter.

Il précise toutefois que ces installations ne sont pas obligatoires dans les communes de moins de 3.000 habitants, il considère que c’est un service à rendre. Il argue du fait qu’en 2014 une personne en a fait la demande et que régulièrement des personnes posent la question.

Pour ce qui est de l’agrandissement : il indique qu’un grand terrain à côté du cimetière était prévu pour cette opération, une partie n’étant pas la propriété de la commune (parcelle 821), il fallait la racheter. L’option choisie au Sud du cimetière est constituée par une partie de parcelle de 44 mètres de long et de 14 mètres de large. L’opération consistera à ouvrir au milieu du cimetière pour accéder au columbarium et à chaque bout on aura 60 tombes possibles.

Nota : l’explication n’est pas tout à fait exact car la parcelle cadastrée 1162, propriété de la mairie, englobe de cimetière au Sud et au Nord. L’agrandissement permet surtout de pouvoir dégager un terrain susceptible d’être urbanisé, comme la laissé entendre l’adjointe en charge du PLU).

Pour agrandir le plan cliquez dessus

Image (8).jpg

Le Maire estime que les 60 tombes ajoutées aux emplacements récupérés grâce à la procédure devraient pour un temps suffire.

Il précise que les concessions échues à 30/50 ans on peut les récupérer au bout de deux ans, celles à perpétuité ne sont disponibles qu’au bout de trois ans. Il fait le constat que bien que la situation ne soit pas critique, elle peut à terme poser problème faute d’agrandissement.

Un Cerellois pose la question du prix de l’opération, le mur et l’achat du terrain. Le Maire lui répond que cela ne va pas nous coûter cher puisque la municipalité est déjà propriétaire du terrain. Le tour du terrain, le mur, les allées seront effectués en régie.  A la charge de la mairie restera le matériel, le columbarium et le jardin du souvenir.

Nota : M. le Maire passe sous silence que la partie agrandie ne sera clôturée que d’un grillage d’une hauteur de 1,20m. Le mur d’enceinte n’étant quant à lui ouvert pour permettre la circulation entre les deux parties du cimetière. (cf  et lien : réunion du CM du 17 mars 2015).

M. Lièvre demande s’il sera possible lors des travaux d’envisager le drainage du cimetière, car certains emplacements sont inutilisables en raison des infiltrations d’eau.

Le Maire répond qu’avant l’agrandissement du cimetière et selon lui, cela a été fait récemment, une étude géologique a été effectuée. Trois forages d’une profondeur de 3 mètres ont été effectués sur le terrain afin de suivre l’évolution de l’eau.

M. Lièvre précise que pour les caveaux à trois étages, la partie inférieure se trouve dans cinquante centimètres d’eau. Pour limiter cela un drainage est nécessaire. M. le Maire dit attendre l’analyse des travaux pour se positionner.

Mme Reille se fait préciser que le relevage des tombes a été fait en interne. Le Maire indique qu’effectivement il a été fait en interne. Il indique qu’il recontacte toutes les familles, qu’il a refait le plan complètement. Il se dit étonné qu’en 2014 la gestion du cimetière se fasse encore au crayon de papier et une gomme. Il se rappelle de sa période prof de math pendant laquelle il travaillait toujours avec une gomme et un crayon de papier, c’était selon lui il y a 50 ans. 

D’après lui, aujourd’hui tout a été mis sur informatique, il dit avoir recontacté toutes les familles, sollicité des membres d’anciennes familles Cerelloises pour obtenir des renseignements notamment les familles Brosset et Gueraud. Il a pu ainsi obtenir des informations sur les familles, notamment les liens de filiation.

Nota : Le renouvellement de ces concessions et le paiement des arriérés va certainement ramener quelques subsides dans les caisses communales.

Le Maire précise que la société contactée avait une démarche plus abrupte, elle se faisait fort de récupérer les concessions sur deux ans. Ce qui selon eux permettait de faire intervenir une mini pelle rapidement pour libérer les emplacements. Cette démarche selon lui ne tenait pas compte de l’affect des gens et le respect des familles. Selon lui aujourd’hui de très « vieilles » familles désirent restaurer les monuments pour conserver l’emplacement.

En revanche il considère que le cimetière de Cerelles est triste. Il rapporte que le Maire d’une commune vient d’être condamné au motif qu’une personne a été blessée dans un cimetière par une croix. Selon lui un avocat opportuniste aurait conseillé à la famille de porter plainte et c’est le Maire qui va payer.

City stade

city stade.jpg

 

Le Maire indique que cette installation coûte 42 000€. Puis il pose la question, pourquoi un city stade ?

 

 

En avant propos il indique qu’il est venu samedi vers 10 h00 à la permanence à la mairie. Il a trouvé désagréable d’avoir été obligé de passer deux heures à nettoyer devant la salle, il y avait du coca cola, de la peinture. Comme il savait qu’il avait le carnaval le lendemain et qu’il avait envie que les lieux soient propres.

Il fait le constat que des gens, des jeunes font le Bazard. Il se dit que s’ils veulent taper dans un ballon, le stade de foot est loin et pas très engageant.

Ce qui serait intéressant selon lui, c’est d’avoir un city stade. Il précise que dans toutes les villes maintenant on est entrain d’en implanter. Il y voit un double avantage :

C’est un endroit qui permet aux enfants de jouer, et un lieu privilégié pour qu’ils fassent de l’initiation pendant les TAP. Il précise qu’à Cerelles nous sommes bloqués parce que nous n’avons pas ce genre d’installation. Elle permet dans un lieu fermé de jouer au foot, au hand, ou au basket.

Le Maire explique que le montant de 42 000 euros c’est la sommes prévue dans l’objectif. Il nous indique qu’au début de son mandat il est battu, de façon vigoureuse, en communauté de communes parce que Cerelles avait été trop longtemps oublié. Selon lui cela a porté un peu ses fruits puisque nous avons une subvention de 24700 euros.

Selon lui, le prix de revient de cette installation qui ne serait en réalité que de 35 000€, sachant que la part de la commune est de  20% du prix total, soit 7 000€.

 La question est posée de savoir où il va être installé, le maire se dit incapable de le dire.

Toutefois, il indique qu’il faut le mettre au centre du bourg, le plus prêt possible des écoles pour les TAP. L’infrastructure mesure 20 m de long sur 11 m de large.

Mme Reille demande si des élus où ce genre d’installations a été fait ont été contactés afin de connaître l’impact pour les riverains  (nuisances sonores). Elle demande également si l’accès au city stade sera libre ? Cet à dire si les jeunes à 2 heures du matin pourront y accéder.  Elle incite le maire à se renseigner. En outre, elle trouve le prix de 35000€ très bon marché. Elle suppose que le personnel communal va se charger de la confection du socle.

Elle se dit étonnée que les enfants ne puissent pas se rendre au stade de foot qui est selon elle un très beau stade. Elle trouve dommage que cet endroit ne soit pas aussi un lieu de vie. Elle pense que les enfants peuvent bouger, dans les grandes villes ils ont souvent obligés d’effectuer plusieurs centaines de mètres pour accéder à des équipements sportifs. Elle trouve dommage que ce terrain ne soit pas utilisé. Elle rappelle le coût pour la commune de l’installation et de l’éclairage. Elle propose un réaménagement.

M. Gaboriau prend la parole, il dit avoir des contacts avec l’équipe de foot de Rouziers. Les sportifs trouvent le terrain de Cerelles très bien, bien éclairé mais ils regrettent la vétusté des vestiaires et l’absence de sanitaires (douches …)

Mme Reille trouve aberrant qu’un tel équipement se délite parce qu’il n’y a pas de  vestiaires, pourtant cet équipement est au moins aussi important qu’un city stade. Sur ce terrain on peut faire beaucoup d’autre chose que du foot-ball, les TAP par exemple.

Le maire indique qu’on lui a dit que si le stade est à plus de 500 mètres il n’y aura aucun TAP qui s’y déplacera.

Mme Grobois est d’accord avec Mme Reille, elle regrette aussi que le stade soit à l’abandon, elle fait le constat qu’il y a souvent des manouches ce qui est de nature a ne pas rassurer. Elle pense qu’il y a certainement un moyen de rendre le lieu plus sympa pour que les jeunes aient envie d’y aller.

Le Maire quant à lui outre la distance, trouve le cheminement dangereux pour aller de Cerelles au stade. Il s’inquiète des conséquences si un enfant se fait renverser par une voiture cela met en cause la responsabilité du Maire. Il indique qu’à Rouziers il y a 14 équipes de foot, mais que l’année prochaine ils arrêtent le foot pour les jeunes car plus personne ne vient. Les TAP au terrain de foot, le Maire trouve la surface trop grande pour que l’encadrement soit efficient.

Pour en revenir aux manouches, le maire ne veut incriminer personne, mais il tient à préciser que la communauté de communes a pour obligation de mettre à disposition un terrain aménagé. Comme il n’y en a pas … Le Maire précise qu’à sa dernière entrevue avec les gens du voyage ça été très tendu et qu’il a failli se battre avec eux. Ils lui ont dit qu’il n’y avait pas de zone aménagée. Effectivement, selon notre édile les terrains qui sont prévus sont seulement en cours d’achat.

Il indique que l’eau et l’électricité ont été coupées et qu’il va solliciter Passeneau pour venir enlever les vestiaires et ce sera propre et ainsi on sera tranquille.

Pour en revenir au city stade, il nous rapporte que le maire de Chanceaux lui a dit que sur son city stade, il y a 50% de fréquentation par des Cerellois.  Il fait le constat qu’à Cerelles les jeunes font les andouilles mais qu’à leur décharge ils n’ont rien.  

Un Cerellois fait le constat que s’’ils vont jusqu’à Chanceaux alors pourquoi n’iraient t’ils pas jusqu’au terrain de foot ?

Selon le Maire c’est parce qu’ils se retrouvent avec des jeunes de Chanceaux et de Langennerie.  

Le Maire fait le constat qu’il faut responsabiliser les jeunes et à un moment donné il faut qu’ils acceptent. Il prend l’engagement si le city stade est dans le coin de la mairie d’en faire  la surveillance.

Il nous informe qu’au mois de novembre, il y avait une équipe qui sévissait. Il dit s’être planqué dans son bureau, les avoir pris et appelé la gendarmerie de la Membrolle. Il précise que l’un deux est en cours de procédure et qu’il va payer cher, parce qu’il s’est « foutu » de lui. Depuis ça c’est arrêté.

Mme Reille souligne que si cet équipement sert pour les TAP il faudra ensuite le fermer à clef pour éviter des dégradations

Le Maire indique qu’il sera à la disposition des jeunes. Il indique qu’à Chanceaux le dimanche soir le city stade est plein à 20 heures. Il est implanté à trois minutes du bourg.

Il dit avoir discuté avec des jeunes qui lui ont dit ne pas avoir le droit d’aller sur la place et ailleurs, conclusion ils s’ennuient.

Mme Reille indique que sur le stade il y avait un parcours de vélo cross, ce qui selon elle confirme que l’on peut faire beaucoup de choses sur le stade.

Nota : Les propos avancés par les élus au sujet des clubs sportifs de Rouziers ne sont pas confirmés par les associations citées. En revanche il est porté à notre connaissance que l'effectif du club de foot est de 160 licenciés dont 30 de Cerelles (20%), ce qui prouve une certaine vitalité.

En outre, je ne suis pas persuadé que les jeunes soient tous dans la démarche sportive prônée par le Maire. Dans certains quartiers défavorisés, des jeunes sans moyens, avec un ballon trouvent arrivent à s’occuper sainement.

La rue de la Mulotière

lampadaires.jpg
Le Maire fait remarquer que dans la rue  il n’y a pas de lampadaire. Il explique que cela est du au gens qu’il à vu et qui lui ont dit : « on ne veut pas, le lampadaire est trop haut, il est trop près du mur, moi ma voiture elle est beige je ne veux pas un lampadaire noir ». De ce fait, il a dit stop, les lampadaires on ne les monte pas et quand tout le monde sera d’accord ils viendront le voir.

 

Il dit les avoir prévenus en ces termes : «  vous savez j’ai passé 37 ans dans la grande distribution mes patrons, c’était tous des brutes qui m’ont mis la pression pendant 37 ans alors aujourd’hui ça ne me gène pas du tout » ». Il conclu en disant, il y a un moment donné si on veut avancer.

La jeunesse

images.jpgLe Maire précise  qu’il a déménagé 18 fois, dans certaines villes son fils lui disait le maire il est bien il coupe l’herbe sur les routes, mais à part ça il n’y a rien pour les jeunes. Nous sommes exactement au même point.

De ce fait, ce qu’il veut aujourd’hui, mais dit-il il aura l’occasion d’en reparler, faire quelque chose pour cette jeunesse. Ce n’est pas normal qu’ils viennent qu’ils habitent à Cerelles où il n’y a aucune structure sportive. Quand il pleut ils n’ont pas de salle seulement l’abri bus

Une Cerelloise demande s’il ne serait pas envisageable de discuter de cela avec les jeunes de Cerelles

Le Maire répond que Sylvain (Ragot) pourrait nous en parler et que cela est déjà en route, puisqu’il va y avoir un conseil municipal jeune qui va démarrer avec l’année scolaire.

Mais il insiste, il trouve que ce n’est pas normal que les jeunes ne puissent pas avoir une salle. Il prétend qu’on lui a dit que ça ne marche pas. Selon lui ça doit marcher parce qu’ils viendront chercher la clé, ce sera nominatif. La personne viendra chercher la clé chez le maire et il la ramènera. Il ira faire l’état des lieux quand ils y seront.  Il se persuade  que ça va marcher tout seul. Selon lui il y a des jeunes qui veulent s’investir encore faut il leur en donner les moyens.

Site internet

email_pc1.gifLa commission communication est entrain de travailler sur un site internet ce support existe dans nombreuses communes il permet de demander et de délivrer des documents administratifs sans être obligé de se déplacer.

 Eclairage public

lampadaire.gif
Cela concerne la rue de la Mulotière. Il ne manque que les lampadaires (voir plus haut). Il dit ne pas démordre considérant que la réfection de la voirie concerne l’ensemble mais pas les intérêts de Pierre Paul ou Jacques.

 

 

 

Agence postale

agence postale.jpg
Le Maire expose qu’actuellement l’agence postale est loin de la mairie et donc isolée. Il est donc prévu de l’installer dans les locaux de la mairie. Ce déplacement selon lui va permettre une amplitude beaucoup plus importante.

Cela va permettre par exemple à une personne qui reçoit un colis de venir sonner le soir à 20 heures pour que le Maire puisse donner le colis. Il considère que c’est un service au client. Sans frais supplémentaire les gens vont pouvoir gérer à la fois la mairie et la poste.

Le Maire précise que ce n’est pas spécifique à Cerelles car beaucoup de communes sont entrain de le généraliser. Il ajoute que dans certains endroits l’agence postale est transférée dans les cafés ou épiceries des villages

Salle Cercilia

Le Maire informe qu’un investissement était prévu pour installer un four à micro ondes dans la tisanière de cette salle, mais que cela n’a pas été possible en raison de son statut. Il entend faire évoluer les choses afin de rendre disponible cette salle aux Cerellois, lorsqu’ils font un pot. La commission est entrain d’étudier la faisabilité, et un règlement va être mis en place. Il devrait être présenté au CM de mai ou de juin. Ensuite les Cerellois pourront bénéficier de la salle.

La question est posée de savoir qui va gérer la location aux Cerellois de la salle. Le Maire ne souhaite pas en dire plus tant que le règlement n’est pas voté.

Mais il rappelle qu’il s’occupe de la gestion de la salle des quatre vents à la communauté de communes. Il rapporte que cette salle a été rendue plus accessible aux associations, il précise qu’une association de Cerelles en a profité.

Comme il fait partie de la commission culture il se charge de l’état des lieux entrées et sorties de la salle et selon lui ça se passe très bien. Il relate à ce sujet qu’une association a rendu la salle dans un état qui ne lui convenait pas, il a fait intervenir une société de nettoyage et que la facture sera adressée à l’association qui devra payer. Il dit qu’il faut un peu de rigueur.

Endettement de la commune

argent.png
  Le Maire expose :

  L’endettement de la commune de Cerelles, s’élève à 265€ par habitant.

  La moyenne d’endettement des communes de la communauté de communes s’élève à 734€.

  Le taux des intérêts des crédits de la commune s’élève à 1,60%

   Dotation de l’Etat : 142.000€

Revenu fiscal par habitants : 239€

Le Maire fait le constat que le revenu fiscal est en augmentation dans les autres communes alors qu’à Cerelles c’est à la baisse. D’où la démarche d’aujourd’hui, les grandes maisons sur les grands terrains danger, cela influe sur le revenu fiscal par habitant. Il pense que cela est aussi du au fait qu’il n’y a pas eu assez de maison construites ces six dernières années et de ce fait le revenu fiscal stagne.

Autre précision, le dernier recensement ne fait ressortir qu’une très légère baisse de la population mais un vieillissement de celle-ci. Il est constaté un creux dans la tranche d’âge de 25 à 40 ans. Le Maire fait remarquer que malheureusement c’est le creux qui correspond au déficit d’élèves dans les écoles. Il pense que le déficit est peut être du au manque de logements à loyers modérés ou à de maisons avec des terrains plus petits, moins chères.

Ponts de Langennerie

IMG_1652.JPGSelon le Maire les travaux respectent les délais. En principe à compter du 27 avril 2015 la circulation sera rétablie sur le CD 29. En revanche elle sera alternée. La fin des travaux est prévue pour février 2016. En principe le tonnage sera limité à 7,5 tonnes afin de protéger les infrastructures. Dans les virages des plots seront installés en milieu de chaussée.

 

Il précise qu’avant les travaux un comptage des camions qui circulent sur les ponts de Langennerie a été fait, le chiffre de 740 a été atteint.

Circulation dans Cerelles

flic.png
Un Cerellois signale la présence d’un véhicule bleu stationné devant le monument aux morts, au carrefour de la rue Reille et de la route de Saint Antoine. Selon lui cela représente un réel danger. Le Maire a déjà eu connaissance de ce fait et avoir fait plusieurs interventions.

La voirie

voirie.jpgLe Maire explique que la reprise par la communauté de communes de la voirie outre l’aspect financier implique également les employés communaux. Ces derniers peuvent être sollicités pour travailler sur une autre commune à la demande la communauté de communes. Un détail des heures d’emploi sera systématiquement opéré pour niveler les conséquences de cette mutualisation entre les acteurs. Le même principe sera utilisé pour la gestion du matériel communal concourant à la voirie. A ce sujet le Maire indique que la commune de Cerelles doit faire l’acquisition d’une tondeuse et qu’il est en pourparler avec la communauté de communes pour que celle-ci prenne à son compte tout ou partie de cet achat.

Le Cerellois  

 

 

programme.jpg

 

Une Cerelloise demande au Maire le coût de la parution du bulletin municipal. Selon lui cet opuscule est rédigé et imprimé en interne. C’est Mme de St-Salvy qui s’en occupe. L’équipe municipale se chargeant de la distribution. Il précise pour que ça soit clair que c’est le journal de l’équipe municipale. Pour l’anecdote, il dit avoir été tancé par un conseiller municipal qui n’avait pas été sollicité  pour la distribution.

Le fil bleu

 

fil bleu.jpg
Sur interrogation d’un Cerellois le Maire indique que l’argument du fil bleu pour ne pas desservir Cerelles était l’état des ponts de Langennerie. Ces ponts étant remis à niveau le Maire promet de monter au créneau tant il trouve anormal que les personnes soient obligés d’emprunter un cheminement dangereux pour se rendre à l’arrêt de bus.

 

Fin de la réunion



23/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres